À propos de kousanji (kosanji)

Musée de l'exposition actuelle

[La galerie Kongo] 84ème exposition de la collection du musée Cérémonie du thé antique Poterie faite à la main par les directeurs successifs de l’école Yabuuchi

[Hohozo] Exposition de Jo-an Watanabe, figure de proue de la cérémonie du thé de style Yabuuchi à l’ère moderne

[Sohozo] Collection du musée Exposition d’ustensiles de thé -龍翔万年春-

Le temple Choseizan Kosanji

Le Temple Kosanji et la France

Kozo Kosanji qui a fait construire le temple Kosanji était un pionnier des techniques de soudage oxyacétylénique au Japon au début du 20e siècle.
Aux environs de 1907, l’entreprise française Air Liquide fonda à Osaka la Société d’oxygène et d’acétylène du Japon (SOAJ) pour enseigner les techniques du soudage. Ceci marque le début du secteur des gaz industriels au Japon.
À 16 ans, Kozo Kosanji, par ses efforts, passe d’assistant à apprentis puis à employé titulaire de la SOAJ et apprend les techniques du soudage sous la direction du directeur général Royer et de l’ingénieur Séguy avant de finalement s’installer à son propre compte. Il est l’inventeur de la première méthode de soudage de tubes en acier de gros diamètre au Japon. En 1926, il fonde la manufacture Toyo Keidai Kokan, dont il cumule les postes de président et d’ingénieur en chef.
Il obtiendra de nombreux succès, dont l’enregistrement de nombreux brevets, ainsi que des contrats dans de nombreux domaines allant des canalisations d’égout à la construction navale.
En 1934, à la mort de sa mère, il devient prêtre bouddhiste et fait construire le temple Kosanji en tant que temple familial pour honorer l’âme de sa mère.
On peut ainsi dire en quelque sorte que la construction du temple Kosanji trouve son origine dans les techniques de soudage françaises.

Salle principale et lotus en fleurs du Kosanji

La porte Koyomon et les cerisiers en fleurs du Kosanji

 

Le musée Kosanji

Regardons l’art du Japon

Dans l’enceinte du Temple Kosanji, les œuvres d’art que Kozo Kosanji a rassemblées tout au long de sa vie sont exposées dans le pavillon n°3 (Hohozo), le pavillon n° 4 (Sohozo) et la galerie Kongo. La collection comprend des sculptures, des peintures et de l’artisanat, représentatifs du Japon, y compris des biens culturels importants et des œuvres d’art importantes, exposés en permanence ou visibles dans le cadre d’expositions spéciales.

Pichet à eau Shigigata
(bien culturel important)

Statue du bouddha Amida assis et couronné (œuvre de Kaikei)
(bien culturel important)

 

Enregistré comme patrimoine culturel matériel national
Le pavillon Choseikaku

Le représentant de l’architecture japonaise des années 1920

Cette résidence hybride, japonaise / occidentale, a été construite par Kozo Kosanji en 1927 comme lieu de refuge privé pour sa mère. Construite avec les meilleurs bois, une attention particulière pour la finesse des détails et une technologie de pointe pour l’époque, cette villa cossue peut être considérée comme à l’origine du Temple Kosanji.
Une autre de ses particularités réside dans les peintures des portes coulissantes et d’autres œuvres d’art qui décorent l’intérieur de la villa, et dont beaucoup ont été peintes par des artistes parmi les plus célèbres de l’art japonais moderne.

Entrée de la villa Choseikaku

La chambre de l’aînée de la villa Choseikaku

 

La colline de l’espoir

(Miraishin No Oka)
Les liens familiaux et la paix mondiale

Conçu et créé sur une période de 16 ans par Itto Kuetani, un sculpteur qui travaille beaucoup en Italie, ce jardin de marbre a été ouvert en octobre 2000. Le jardin, couvrant plus de 5,000 ㎡ et construit à l’aide d’environ 3,000 tonnes de marbre Carrare, est rempli de divers monuments grands et petits qui intègrent l’environnement pour obtenir une merveilleuse harmonie avec la nature. Le thème du jardin est « Les liens familiaux » et il représente un monde pacifique rempli d’espoir pour l’avenir.

La tour de l’espoir

Vue de la « Tour de l’espoir » depuis le « Chat céleste »

 

Plan guide du temple Kosanji et du musée Kosanji

* Les bâtiments marqués du symbole sont enregistrés comme biens culturels matériels nationaux.

 

Le rallye des estampilles du temple

On doit obtenir une estampille dans chacun des endroits notés avec le symbole de (cinq au total).
* Les personnes qui recueillent la totalité des estampilles du rallye reçoivent un prix souvenir spécial.

 

Pour les personnes utilisant un fauteuil roulant :

es lieux marqués d’une ligne sont accessibles en fauteuil roulant.
Cependant, les endroits suivants ne sont pas accessibles en fauteuil roulant.
L’intérieur du temple / La grotte aux mille Buddhas & le chemin de l’enfer /
Le pavillon Choseikaku / La galerie Kongo

map

 

Guide d’accès

 

 

Tarifs d’entrée

Il est possible d’entrer dans l’enceinte du temple Kosanji, de visiter la Colline de l’espoir et la galerie Kongo.

  Individuel Groupe (à partir de 20 personnes)
Adultes 1400 yens 1200 yens
Étudiants / lycéens 1000 yens 800 yens
Collégiens / écoliers et en deçà Gratuit

* Les étudiants doivent présenter leur carte d’étudiant.
L’entrée est gratuite pour les personnes handicapées et leurs accompagnateurs.

Tarifs d’entrée au pavillon Choseikaku Adultes / enfants ─ 200 yens

* Les frais d’entrée au pavillon Choseikaku sont perçus à part, sur place.

Réduction familiale

Les personnes accompagnées d’enfants jusqu’au collège peuvent bénéficier du tarif de groupe.

Paiement électronique et par carte de crédit

Les cartes de crédit et moyens de paiement électronique sont acceptés à la billetterie d’entrée, dans la boutique et dans le café.

Heures d’ouverture

9h – 17h (dernières admissions jusqu’à 30 minutes avant la fermeture) Ouvert toute l’année

* Pavillon Choseikaku : 10h – 16h
Grotte des mille bouddhas : 9h – 16h50 ; Café Cuore : 10h – 16h30

 

Adresse : 553-2, Setoda, Onomichi-shi, Hiroshima, code postal 722-2411
Tél. 0845-27-0800  Fax. 0845-27-3876